coup-coeur-nadege

 

Confetti sur l’isthme qui relie les Amériques, le Costa Rica n’usurpe pas son nom : 2% des terres émergées du globe pour 5% de la biodiversité mondiale… ici vous l’aurez compris, la Nature est reine !

Les Costariciens (ou Ticos, ndlr), conscients de ce patrimoine naturel hors du commun, transmettent rapidement au voyageur leur amour de cette nature chatoyante, exubérante, omniprésente, devenue un Art de Vivre. « PURA VIDA », locution entendue du matin au soir, dans toutes les bouches, comme une ode à la vie, une invitation permanente au sourire et à la bonne humeur, le ton est donné. C’est ce qui m’a frappée en premier, en débarquant dans la petite capitale de San José, la joie de vivre ambiante.

 

photo-illustration-tortuguero

 

Cap sur l’incontournable Parc National de Tortuguero, qui borde la côte Caraïbe au nord du pays, paradis des tortues marines. J’embarque sur un rafiot à fond plat (avec les autochtones, leurs denrées et leurs poules) pour plus de deux heures de navigation sur les eaux boueuses du Rio Suerte (rivière Chance en espagnol, ça fait réfléchir…) et ses petits affluents, seul moyen de regagner la lagune de Tortuguero. La forêt tropicale est luxuriante et me gâte déjà : singes, iguanes, oiseaux multicolores, lézards improbables (tel le basilic, qui marche littéralement sur l’eau dressé sur ses pattes postérieures). Quel florilège ! Tout n’est que quiétude et harmonie, j’ai l’impression de contempler les premiers matins du monde… Arrivée à Tortuguero, il va me falloir encore patienter et attendre la nuit pour rencontrer les tortues qui viennent pondre sur la plage. L’expédition, très règlementée, se fera obligatoirement avec un guide officiel pour assurer la protection des tortues. Je n’en croiserai que deux, mais l’émotion était au rendez-vous !

 

photo-illustration-volcan-arenal

 

Après trois jours passés dans ce paradis vert, je décide d’aller me frotter au volcan El Arenal, toujours très actif, qui domine la petite ville de La Fortuna au centre du pays. L’ascension du cratère sommital est interdite car le danger est constant et réel. Je me contente d’observer les fumeroles qui s’en échappent de manière continue et de ma balader dans la forêt, toujours aussi riche et dense : fleurs incroyables, singes hurleurs, toucans, colibris, aras, grenouilles rouges, bleues, multicolores, comme peintes à la main… mes yeux sont-ils assez grands pour tout voir ? Qui dit volcan dit chaleur… il aurait été dommage de ne pas profiter d’un bain dans les sources d’eau chaudes, un vrai bonheur ! Afin d’optimiser le côté relaxant, proscrire les grands resorts à l’américaine (surfaits et clinquants) et préférer l’Ecotermales de La Fortuna, joliment aménagé et authentique. Le lendemain, revigorée et toujours avide de sensations fortes, je me suis offert une balade de 3h en tyrolienne dans la forêt primaire, sur les flancs du volcan. Inégalable ! J’ai volé sur la canopée, quelle sensation de liberté extraordinaire !

 

photo-illustration-monteverde

 

Je vais devoir lâcher la plume afin de ne pas éventer tous les secrets de ce petit bijou qu’est le Costa Rica, maintenant il va vous falloir les découvrir par vous-même ! Mais je pourrais vous parler encore longtemps de ce pays si attachant qui a fait le choix de ne pas posséder d’Armée et d’investir plutôt dans l’Education, ici l’école est obligatoire jusqu’à 18 ans ! Et je vais laisser de côté mes récits sur Cahuita, la « petite Jamaïque » au sud de la côte Caraïbe ; le Guanacaste, ses paysages de pampa aride et son activité volcanique intense ; la côte Pacifique, ses plages et ses spots de surf ; Monteverde, sa forêt nuageuse (oui, oui, nuageuse… poétique n’est-ce pas ?) et ses quetzals qui pour ma part ont joué à l’Arlésienne…

 

Et n’oubliez pas le mot de passe… PURA VIDA !

 
 

Nos passionnés du voyage vous font découvrir leur destination coup de coeur et profiter de leurs bons plans !

 

bandeau-coup-de-coeur